Bienvenue à Chars, et sur le site de l’association « Chars, Terre de Nature et de Culture »

pour la préservation et la promotion du patrimoine naturel et culturel de cet autre  « joli  village » du Vexin français.

TEXTE en COURS

Située au nord du Val d’Oise, aux limites du département de l’Oise, la commune de CHARS, dont l’ensemble du territoire (17000 ha) est inclus dans le périmètre du parc naturel régional du Vexin Français (PNRVF), est caractérisée à la fois par l’habitat traditionnel et spécifique de ce vieux territoire d’Ile de France (bourg et grandes fermes), et par un riche environnement rural en terres agricoles, bois et fonds humides, le tout réparti sur un vaste plateau creusé en son centre, par une petite rivière, la Viosne.

Carte plateau chars

 

Ancien village construit au fond de la vallée longue et étroite de la Viosne autour de son « château fort » défendant un pont (l’un et l’autre aujourd’hui disparus), et de son Eglise St Sulpice (1160-1230 – classée monument historique), traversé en son centre par la route Pontoise-Gisors (RD915), CHARS s’est peu à peu étendu au fil des années selon un habitat continu classique sur le trajet des chemins menant vers les villages avoisinants, Neuilly-en-Vexin (rue de l’Eglise puis RD188) et Santeuil (rue Baleydier), ainsi que vers son hameau de Bercagny situé à 3,6 km sur le versant Ouest du plateau (essentiellement composé aujourd’hui d’une grande ferme, de quelques maisons traditionnelles, et d’un petit lotissement récent).

PLU Rue 1 PLU Eglise PLU rue 2

Il apparaît que Chars a ensuite vécu deux évolutions d’urbanisme notoires :

  • la première à la fin du XIX siècle, avec la construction de la voie ferrée Paris-Pontoise-Gisors-Dieppe, construite sur le tracé de la Viosne et traversant de part en part le village avec la création d’un nouveau quartier de la gare (rue du Général Leclerc) ;
  • la seconde, depuis 1950, avec une montée en puissance de l’urbanisation du côté Nord du plateau (route de Marines), avec la construction d’une école, d’un premier lotissement (« Avenue Bontemps »), d’un Lycée Professionnel départemental, d’un second lotissement récent (« La Maladrerie ») et enfin d’un supermarché (DIA). En outre un lotissement a vu le jour très récemment quasiment en centre-ville (« La Bergerie ») sur les emprises d’une ancienne ferme.

PLU Gare

Au niveau économique, la commune est caractérisée par la présence de plusieurs grandes fermes cultivant les vastes territoires du plateau, ainsi qu’une importante minoterie dans la vallée (« Moulins de Chars »), deux établissements médicaux et quelques petites entreprises d’artisanat et de services. Quelques commerçants se maintiennent au « centre du bourg », dont un boulanger, une « petite surface », un tabac, un pharmacien, un fleuriste, un bar-restaurant, ainsi que trois coiffeurs et deux commerces de restauration rapide.

PLU Maison retraite PLU Moulins

On notera que Chars a été longtemps un lieu de culture traditionnelle du cresson dans les fonds humides de la Viosne où jaillissent le long des versants du plateau de nombreuses sources. Ces territoires humides sont actuellement abandonnés mais restent riches en faune et en flore.

Sont par ailleurs situés sur le territoire de la commune cinq importants captages d’eau approvisionnant le bassin du canton (Syndicat Intercommunal des eaux du Val de Viosne-Veolia) aux lieux dits « L’Epinette », « les puits de la Grippière » et « les puits de Moulin Clochard ». Il est par ailleurs prévu de forer à cet endroit un sixième puits à une très grande profondeur, ce puits d’intérêt régional sécurisé devant permettre l’alimentation de la population par camions citernes en cas de « difficultés » touchant le réseau traditionnel.

Enfin en ce qui concerne les loisirs et la culture, outre son église classée, Chars possède quelques autres monuments intéressants (lavoirs, croix, chapelle…), un stade, de nombreux chemins plus ou moins en état, et est traversé, le long de la Viosne, par le GR11.